la perruche swift

La Perruche de Swift


.
Swift mâleNom vernaculaire : Perruche de Latham ou Swift.
Nom scientifique : Lathamus discolor.

Répartition : 
Sud et Est de l'Australie, de Brisbane à Adélaïde, Tasmanie, îles du détroit de Bass.

Taille : 
24 à 25 cm.

Description :
Plumage vert, plus jaune sur les parties inférieures. Le front est barré de rouge alors que la face, la gorge et l'avant des joues est rouge encadré de jaune. Les petites couvertures alaires sont rouges ainsi que la bordure des rémiges secondaires. Les rémiges primaires sont noires bordées de jaune et les couvertures alaires primaires sont bleu-nuit. Les couvertures sous-alaires sont orange, les rectrices sont brun-rouge alors que les sous-caudales sont orangé. Le bec est couleur corne, l'iris est jaune, les pattes sont brunes. La bande sous-alaire est variable.

Dimorphisme sexuel :
La femelle est un peu plus foncée que le mâle et le rouge de la face est moins étendu. J'ai constaté que le mâle possède les plumes de la queue rouge à l'intérieur alors que la femelle les a blanche-vertes. Mais ce n'est pas certifié.
Jeunes :
Ils sont plus ternes et ont moins de rouge sur la gorge et les sous-caudales. Les yeux sont bruns et la bande sous-alaire est présente.

A l'état sauvage :
Elle migre en automne pour hiverner sur le continent Australien pour revenir en Tasmanie l'été. Elle est insectivore et frugivore et fréquente les régions pourvues d'arbres à fleurs et se nourrit de boutons floraux, de nectar, de pollen, de fruits, de baies et d'insectes. Son vol est rapide et ressemble à celui d'une hirondelle, dont on la rapproche souvent de par ses habitudes migratrices, lui valant le surnom de " perruche-hirondelle ". Elle est souvent vue avec des Loriquets car leur alimentation est semblable. Elle niche en Tasmanie et les îles proches d'août à septembre lorsque les arbres sont en fleurs. Plusieurs couples peuvent nicher dans le même arbre ou le nid peut être fait dans la cavité d'un rocher ; la femelle pond de 3 à 5 oeufs qu'elle couve seule pendant 20 jours environ, le mâle doit s'occuper à nourrir sa femelle et les petits et ne peut être absent du nid trop longtemps. Leurs arbres préférés sont le gommier bleu (eucalyptus globulus) et le gommier noir (eucalyptus ovata); Le gommier bleu donne le plus de nectar et la Swift enfouit son bec dans la fleur avec délice mais cet arbre étant abattu en grand nombre pour laisser la place à des zones agricoles ou pour son bois, cela diminue considérablement sa source alimentaire, ce qui ne facilite pas la reproduction de ce magnifique oiseau qui tend à décliner dans son habitat naturel. 

Elevage :
Elle doit vivre en volière car c'est un oiseau remuant mais l'armature pourra être réalisée en bois car elle n'est pas destructrice. Elle peut vivre avec d'autres oiseaux genre colombes, exotiques, euphèmes si la volière est assez spacieuse. Il faudra prévoir un endroit pour qu'elle puisse se baigner et faire en sorte que la volière soit facile à nettoyer car c'est un oiseau qui salit beaucoup étant en partie frugivore. Elle est apte à reproduire dès la première année, le nid est installé vers fin mars et ne doit pas être trop grand. L'incubation dure 20 jours et les jeunes naissent avec un duvet blanc ; ils restent au nid pendant 5 semaines environ.

Nourriture :
Mélange euphèmes, cardy, alpiste, pomme (tous les jours), pain dur, millet en branche trempé dans des vitamines, pâtée pendant la saison d'élevage. On peut également lui donner du pain avec du miel qu'elle raffole. Certains éleveurs lui offre comme nourriture de base le nectar car son régime alimentaire d'origine est beaucoup à base de celui-ci. Mais cela rend d'une part les oiseaux plus gras, mais d'autre part c'est aussi un danger lors d'un changement d'élevage car 8 fois sur 10, les éleveurs les acquérant ne sont pas averti de ce régime particulier et les graines lui sont fatales, pour cause de changement brusque. 

Mutations : Pastel, ventre rouge, qui est plus le biais d'une sélection que d'une véritable mutation génétique, fallow, olive...

Remarques : 
Cette petite perruche est l'objet d'un véritable paradoxe : rare en Tasmanie et migrateur en hiver dans le sud et l'est du continent australien, elle est devenue commune en Europe dans les élevages particuliers.
Alors que le plus grand centre d'élevage australien qui se concentre sur sa protection ne compte pas plus de vingt individus. De plus elle est réputée d'un élevage très difficile chez les éleveurs australiens.
Mais le problème est toujours le même : l'Australie, depuis les années 1970, n'autorise ni importation ni exportation d'animaux vivants sur son territoire, ce qui explique que même les perroquets nuisibles en Australie, valant 150 F, atteignent un millier de francs en Europe.
Quant à cette perruche, elle est très attrayante car haute en couleur, curieuse et joueuse, mais surtout très gourmande quand on lui apporte une gâterie. Par contre, elle n'est pas très prolifique, élevant rarement plus de 2 ou 3 jeunes par saison . Mais c'est aussi cette difficulté qui met du " piment " à son élevage.
Mon couple formé l'année dernière a pondu 2 œufs. Un des poussins est mort dans les premiers jours suivant son éclosion. Quant à l'autre, il est lui aussi mort mystérieusement au bout du quinzième jour alors qu'il paraissait en forme. Espérons qu'ils feront mieux l'année prochaine !

15 votes. Moyenne 3.07 sur 5.

Commentaires (1)

1. Agustoni 10/05/2014

Hello,
Je voudrais savoir si cette perruche peut vivre en volière plantée ou si elle détruit les arbustes?
Merci d'avance pour votre aide!
Daniel

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×